Lettre d'information
Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 09/02/2020
  

Ginkgoales

Le Ginkgo biloba ou Arbre aux quarante écus, ainsi nommé à cause de la couleur jaune doré que prennent ses feuilles en automne, est l'unique survivant d'un groupe florissant au Mésozoïque.

Les ovule du Ginkgo biloba ressemblent à des prunes mais ce ne sont ni des fruits ni des graines. (crédits needpix)

Le Ginkgo biloba est un arbre à port plus ou moins conique suivant que le pied est mâle ou femelle. Les feuilles légèrement échancrées en forme de cœur ont des nervures qui se divisent de façon dichotomique. Cette espèce n'existe plus que dans les parcs et n'a vraisemblablement survécu que grâce à la protection de l'espèce humaine.

Les pieds femelles produisent des ovules ressemblant à des prunes. Le pollen produit par les pieds mâles est transporté par le vent et la fécondation se produit de la même manière que chez le Cycas. Les ovules fécondés sont entourés d'une substance gélatineuse et malodorante. A la belle saison, le sol autour des pieds femelles est jonché d'ovules et de substance gélatineuse. Vous comprenez pourquoi on préfère planter des pieds mâles! Les ovules tombés au sol ne contiennent pas d'embryon, ce ne sont pas des graines. Si les conditions sont favorables, ils germent immédiatement sans période de vie ralentie.

Polyspermophyllum est une espèce de Ginkgoale du Permien [1].

Ginkgoales fossiles et Ginkgo actuel 1-Kerpia, 2-Karkenia, 3-Yimaia, 4-Ginkgo yimaensis, 5-Ginkgo biloba [2].

Les Ginkgoales apparaitraient au Permien moyen, mais il faut avoir beaucoup d'imagination pour voir les ancêtres des Ginkgos dans les espèces de cette époque. Dès le début du Mésozoïque, des feuilles semblables à celle du Ginkgo font leurs apparition, certaines étant très découpées. Beaucoup d'espèces ont des grappes d'ovules à la place des ovules solitaires de l'espèce actuelle. Les Ginkgoales sont abondantes et diversifiées au Jurassique et au Crétacé puis elles déclinent pendant le Cénozoïque. On pense que les Dinosaures assuraient la dispersion des graines. Attirés par l'odeur de l'enveloppe gélatineuse, ils consommaient les ovules. Les sucs digestifs attaquaient la coque dure entourant ces derniers ce qui facilitait la germination lorsqu'ils étaient rejetés dans les selles des animaux [3].

Informations sur la page
créée le : 14-11-2019     modifiée le : 29-05-2020     visites depuis le 31/10/2015
haut de page