Lettre d'information
Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

L'Est du Groenland pendant la crise du Permo-trias

Les roches de l'Est du Groenland ont enregistré les événements de la crise du Permo-trias sur une épaisseur de prés de 40 mètres. On a là non seulement des informations sur le milieu marin mais aussi sur les milieux terrestres, les pollens et les spores des plantes du continent tout proche étant venus se déposer ou fond de la mer en même temps que les sédiments marins. Voyons dans le détail ce qui s'est passé.

Faune marine et Flore terrestre de l'Est du Groenland pendant la crise du Permo-Trias.
1-Exterminés, 2-Généraliste, 3-Préadaptés, 4-Opportunistes, 5-Immigrants.
Un mètre de sédiment se dépose en 40 000 ans environ. D'après [1][2][3] simplifié.

Entre A et B, Le continent est recouvert d'une forêt de grands arbres, les Cordaïtes, le sous-bois est constitué de buissons et d'arbustes de Fougères à graines. Ces végétaux ont des feuilles de fougère mais leur appareil reproducteur est celui de Gymnospermes produisant des graines. Dans la mer toute proche prospèrent des coraux, des poissons et des Goniatites. Le plancton (Foraminifères et Acritarches) est riche et abondant.

Entre B et C, lorsque les conditions néfastes de la crise se mettent en place, la forêt disparait. Les Sélaginelles et les Isoètes, espèces opportunistes, pullulent et constituent une pelouse entre les arbres et les buissons épars. Dans la mer, les Poissons, Goniatites, Coraux et Foraminifères disparaissent tandis que le Phytoplancton (Acritarches) est durement touché.

Entre C et D, le continent se couvre de buisson et d'arbustes de fougères à graines. Des immigrants (Ephedra et Cycas) ont fait leur apparition. Puis la forêt de Cordaïtes commence à se reconstituer. Le fond de la mer est désertique seulement peuplée de Bivalves et de Gastéropodes minuscules.

En D, sans doute à la suite de l'aggravation des conditions néfastes, la forêt de Cordaîtes disparait définitivement pour être remplacé par des buissons de fougères à graines, d'Ephedra et de Cycas séparés par une pelouse de Lycopodes. La végétation du début du Trias s'est mise en place. Les forêts ne réapparaîtront que plusieurs millions d'années plus tard. Dans la mer les Conodontes sont de retour et les Lamellibranches sont de plus grande taille (Claraia). Mais il faudra attendre la fin des conditions néfastes (E) pour que le milieu se peuple à nouveau d'Ostracodes, d'Échinodermes et de Mollusques céphalopodes (Cératites).

Que retenir de ces données? D'abord que la crise débute simultanément dans les océans et sur les continents. Ensuite que la sélection naturelle change de modalités. Dans la forêt qui précède la crise les espèces les plus abondantes sont spécialisées et compétitives. La sélection naturelle est basée sur la compétition inter et intraspécifique pour l'accès à la lumière par exemple. Dans les conditions néfastes ce sont ces espèces qui sont le plus durement touchées. Par contre les espèces peu spécialisées, généralistes et opportunistes sont favorisées. La sélection naturelle est alors dirigée par l'action du milieu. En dehors même d'une crise, après un incendie par exemple, ce sont ces espèces peu spécialisées qui auraient colonisées le milieu, préparant le terrain pour les espèces spécialisées.

Informations sur la page
créée le : 11-10-2018     modifiée le : 05-11-2018     visites depuis le 31/10/2015
haut de page