Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 12/06/2017
  

La vie pluricellulaire

Les êtres vivants unicellulaires sont de petite taille généralement quelques dixièmes de millimètres. Les géants sont rares et mesurent quelques centimètres comme l'algue Acetabularia. Les Foraminifères, animaux unicellulaires pouvant atteindre plusieurs centimètres, ont des centaines de noyaux dans leur cytoplasme. Il semble qu'un seul noyau ai du mal à contrôler un volume important de cytoplasme. Les êtres vivants pluricellulaires sont de plus grande taille et leurs cellules se spécialisent et s'associent en tissus pour accomplir un certain nombre de fonctions. L'état pluricellulaire a été réalisé plusieurs fois de manière indépendante chez les algues, les champignons et les animaux (Métazoaires).

Squelette d'une Éponge

Squelette d'une Éponge

Dans la nature actuelle l'être vivant pluricellulaire le plus simple est une algue : le Volvox. Ce petit organisme sphérique de quelques millimètres de diamètre, est constitué d'un grand nombre de cellules individuelles (jusqu’à 15000) placées côte a côte sur une surface sphérique. Il évoque le stade blastula par lequel passent tous les êtres vivants au cours de leur développement embryonnaire. Les Placozoaires ont également une organisation très simple avec seulement 4 types cellulaires différents disposés en 2 couches. Ils ne possèdent pas de tube digestif et la digestion est extracellulaire. Le corps est couvert de cils qui servent au déplacement. Les Spongiaires (ou Éponges) ont une organisation un peu plus complexe. Des cellules aplaties recouvrent la surface de l'éponge, d'autres forment des spicules rigides qui soutiennent le corps, d'autres, enfin, les choanocytes assurent la nutrition grâce à une collerette et un cil.

Les Cœlentérés (Méduses et Coraux) poussent l'organisation et la spécialisation cellulaire plus loin : 2 couches de cellules entourent une cavité digestive en cul de sac, des cellules musculaires font leur apparition. Devant cette organisation on ne peut s'empêcher de penser au stade gastrula du développement embryonnaire.

L'organisation des animaux pluricellulaires les plus simples et l'embryologie nous permettent d'imaginer l'ancêtre des Métazoaires : d'abord un simple sac avec une seule couche de cellule il se transforme et acquiert un tube digestif en cul de sac et deux couches de cellules. La biologie moléculaire et les archives fossiles permettent de dater et d'illustrer les balbutiements de la vie pluricellulaire.

Informations sur la page
créée le : 12-09-2013     modifiée le : 26-09-2015     visites depuis le 31/10/2015
haut de page