Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 12/10/2017
  

Les mécanismes de la spéciation

Sur son aire de répartition une espèce est généralement divisée en sous populations dans lesquelles les individus se reproduisent facilement entre eux. Les différentes sous-populations ne sont pas isolées car des individus peuvent passer de l'une à l'autre en assurant des croisements. Un allèle nouveau d'un gène qui apparaît dans une sous-population pourra se répandre dans toutes les populations. Des échanges génétiques existent donc entre les populations.

L'isolement génétique

Si maintenant une barrière infranchissable s'interpose entre certaines populations les échanges se trouvent rompus. Les deux ensembles accumulent indépendamment des allèles différents, ils divergent génétiquement et s'adaptent aux conditions de milieux auxquels ils sont soumis.

Disparition de l'isolement

Après disparition de la barrière, son franchissement accidentel ou son contournement, ces deux ensembles reviennent en contact. Les différences génétiques sont devenues telles que les croisements entre leurs individus donnent une descendance stérile. La sélection naturelle favorise alors le développement de mécanismes qui préviennent les accouplements entre membre des deux ensembles. Ces mécanismes sont généralement de nature éthologique : reconnaissance du partenaire, reproduction à des moments différents de l'année, alimentation à des heures différentes de la journée...

Deux nouvelles espèces

Finalement les deux ensembles coexistent simultanément sur un même territoire sans aucun échange : la spéciation est terminée nous avons deux espèces indépendantes.
Informations sur la page
créée le : 27-08-2013     modifiée le : 08-10-2015     visites depuis le 31/10/2015
haut de page