Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 12/10/2017
  

Histoire et phylogènie des Ptérosauriens

Unwin et Kellner ont publié simultanément 2 articles sur la phylogénie des Ptérosaures dans le même ouvrage. Unwin a comparé des familles tandis que Kellner a comparé des espèces pour en déduire l'existence de familles. La démarche de Kellner nous semble préférable à celle de Unwin. Ultérieurement, le cladogramme de Kellner a été complété par les espèces découvertes récemment en Asie.

Que nous apprend ce cladogramme? Nous y retrouvons la vieille opposition (nœud rouge) entre Ptérosaures à queue longue ou Rhamphorhynchoidea et les Ptérosaures à queue courte ou Pterodactyloidea.
Les Rhamphorhynchoidea sont paraphylétiques et ne constituent pas un clade valide. Dans la lignée qui va des Scaphognatidae aux Rhamphorhynchidae, Kellner a montré que l'allongement de l'aile se fait uniquement par allongement du doigt IV. Chez les Oiseaux actuels les proportions de l'aile déterminent les capacités en vol de l'animal et donc son milieu de vie. Chaque famille de Rhamphorhynchoidea aurait exploité des niches écologiques différentes en fonction des proportions de leurs ailes.  Après avoir dominé le Jurassique, leurs derniers représentants disparaissent au Crétacé inférieur, relayés par les Pterodactyloidea.

Les Pterodactyloidea ont une queue courte et un cruropatagium réduit. Ils ont perdus deux instruments de contrôle du vol. Mais, du fait de l'allongement des métacarpiens, la surface du propatagium a augmenté. Contrôlé par l'os ptéroïde, il a du compenser la perte de la queue et la réduction du cruropatagium. Le cerveau plus développé laisse supposer des aptitudes au vol plus grandes et des comportements plus complexes. Les proportions de l'aile vont varier en jouant non seulement sur la taille du doigt IV mais aussi sur la longueur des métacarpiens. Chez Nyctosaurus les ailes sont très longues par l'allongement conjoint de ces deux parties de l'aile.

Reconstitution du squelette d'Anhanguera (Pterodactyloidea) en position semi-érigée

Reconstitution du squelette d'Anhanguera (Pterodactyloidea) en position semi-érigée (Wellnhofer, 1988). Les pattes arriéres sont légèrement écartées et le pied repose entiérement sur le sol.

Reconstitution d'Austriadactylus (Rhamphorhynchoidea) posé sur une branche. L'animal en position quadupéde est prostré sur son support.

Reconstitution d'Austriadactylus (Rhamphorhynchoidea) posé sur une branche. L'animal en position quadupéde est prostré sur son support.

La dimension des métacarpiens a aussi des conséquences sur la locomotion au sol. Les Rhamphorhynchoidea avaient une distance doigts de la main épaule faible ce qui devait rendre leurs déplacements au sol laborieux. Chez les Pterodactyloidea l'allongement des métacarpiens augmente la distance doigts épaule ce qui permettait à 'animal d'adopter une démarche quadupéde semi érigée. Leur anatomie et les empreintes qu'ils ont laissées au sol permettent d'imaginer qu'ils se déplaçaient comme vous le feriez avec une paire de béquilles un peu trop courtes.

Groupe d'Azhdarchidae géants, Quetzalcoatlus northropi, recherchant leur nourriture dans une prairie de fougères

Groupe d'Azhdarchidae géants, Quetzalcoatlus northropi, recherchant leur nourriture dans une prairie de fougères. L'un d'eux a capturé un jeune Titanosaure tandis que les autres sont à l'affût de petits vertébrés ou d'autres proies. (Witton et Naish, 2008)

L'Azhdarchidae géant Quetzalcoatlus northropi, par exemple, se nourrissait en se déplaçant au sol comme le font les cigognes actuelles. De la taille d'une Girafe, il picorait les bébés Titanosaure ou débusquait de jeunes Tyranosaures justes éclos dans un nid mal gardé. Pterodaustro était un autre original qui se nourrissait comme les Flamands roses. Sa machoire inférieure portait des milliers de dents très fines qui lui permettaient de filtrer l'eau pour capturer les petits Crustacés et les autres habitants minuscules des lagunes. Cela ne correspond pas à l'image du Ptérosaure géant des airs, toujours en vol et rasant la surface des océans à la recherche de poissons. Pteranodon avec ses 8 mètres d'envergure devait vivre ainsi. Nyctosaurus n'était pas un géant mais ses longues ailes éfilées comme celles d'un Albatros et la perte des doigts de la main I à III laisse penser qu'il ne venait à terre que pour se reproduire. Sa tête était ornée de deux très longues cornes. Si ces excroissances soutenaient une membrane, il devait ressembler à un vaisseau de Star War avec une troisième aile sur le dos et la tête.

Informations sur la page
créée le : 10-09-2013     modifiée le : 24-09-2015     visites depuis le 31/10/2015
haut de page