Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 12/10/2017
  

Le pied des Australopithèques

Pieds de Gorille (A), d'Australopithèque, Australopithecus africanus (B) et d'Homme (C), le pied de l’australopithèque est une reconstitution.

Pieds de Gorille (A), d'Australopithèque, Australopithecus africanus (B) et d'Homme (C), le pied de l’Australopithèque est une reconstitution.

Chez l’Australopithèque l'astragale (en rose) est allongée comme chez l'Homme et ne permettait que des mouvements de flexion et d'extension du pied, c'est une caractéristique de bipède. Chez le Gorille l'astragale est de forme plus arrondie et permet des mouvements de flexion et d'extension mais aussi des déplacements du pied à gauche et à droite ce qui facilite le grimper.
Le premier métatarsien (en bleu) s'écarte des autres et il est mobile comme chez le gorille ce qui est une adaptation au grimper arboricole. Enfin les tarsiens (en rouge) représentent à peine 1/3 de la longueur du pied contre 1/2 chez l'homme. Chez ce dernier ils forment la voûte plantaire qui est absente du pied des Australopithèques.

Le pied de l’Australopithèque est donc encore imparfaitement adapté à la bipédie et conserve des caractères arboricoles.

Informations sur la page
créée le : 11-11-2012     modifiée le : 21-09-2015     visites depuis le 31/10/2015
haut de page