Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 12/10/2017
  

Appareil auditif des Amphisbéniens.

Amphisbaena alba (photographie Diogo B. Provete, licenceCreative Commons Attribution ShareAlike 2.5

Les Amphisbéniens ne peuvent être classés ni parmi les Sauriens ni parmi les Ophidiens et constituent un sous ordre à part. Ce sont des Squamates à forme de serpent, à écailles réduites, aux yeux atrophiés et menant une existence souterraine. La queue est très courte et se distingue mal de la tête (dans la mythologie romaine Amphisbène est un serpent à deux têtes). Les écailles sont petites et disposées de telle manière qu'elles forment des anneaux. Elles sont absentes chez certaines espèces. La peau très mince laisse voir les vaisseaux sanguins d'où la teinte souvent rosée de l'animal. Les membres sont totalement absents. Ils vivent dans les régions chaudes du globe.

A - Squelette de la tête de Amphisbena manni. B - Coupe longitudinale dans le plan horizonal de l'appareil auditif de Amphisbena manni,

A - Squelette de la tête de Amphisbena manni. B - Coupe longitudinale dans le plan horizonal de l'appareil auditif de Amphisbena manni, les flèches indiquent les mouvements induits par l'arrivée d'une onde sonore sur l'épaississement cutané. (d'après Wever et Gans, 1973).
Le crane de Anops kingii sur DigiMorph

Ces animaux possèdent une columelle très développée sur laquelle est fixée une longue tige, l'extracolumelle qui longe à l'avant le carré et la mandibule. Elle s’enchâsse à la base d'un épaississement cutané formant un coussinet situé contre le dentaire et l'articulaire. Il n'y a ici ni tympan ni cavité tympanique. La section de l'extracolumelle entraine une forte perte de sensibilité auditive.
Lorsqu'un pression sonore est exercée sur le coussinet de la mandibule celui-ci bouge en se soulevant et en s'abaissant entrainant l'extracolumelle dans son mouvement.  Cette dernière est plaquée par les muscles dans une rainure peu profonde des os de la mandibule, elle bouge donc essentiellement par des mouvements d'avant en arrière. L'extracolumelle vient tapoter la columelle qui met en mouvements les liquides de l'oreille interne où sont situées les cellules sensorielles de l'audition.
Le système est très sensible dans les basses fréquences entre 300 et 700 Hz et permet de repérer la direction du son.

D’après Wever et Gans (1973)

Informations sur la page
créée le : 25-11-2012     modifiée le : 22-09-2015     visites depuis le 31/10/2015
haut de page