Abonnez vous au flux RSS de l’Evolution biologique

l'actualité
publié le : 12/10/2017
  

Origine et évolution de l’homéothermie

De quelles informations disposons nous pour reconstituer l'histoire de homéothermie? D'os, de dents et d'empreintes de poils.

Des poils

Castorocauda détient le double record du plus ancien fossile de Mammifère semi-aquatique et des plus anciennes empreintes de poils

Castorocauda détient le double record du plus ancien fossile de Mammifère semi-aquatique et des plus anciennes empreintes de poils.
Illustration: Mark A. Klingler/Carnegie Museum of Natural History

C'est le fossile de Castorocauda (164 millions d'années, jurassique moyen) qui détient actuellement le record des plus vieilles empreintes de poils. Castorocauda n'est pas un Mammifère vrai mais un Mammaliforme car il a une double articulation de la mâchoire.
Les Cynodontes plus anciens possédaient-ils des poils? On suppose que les petites cavités sur le squelette du crâne de Thrinaxodon (Cynodonte non mammalien du Trias inférieur) sont l'indice de la présence de vibrisses et donc de poils. Cette interprétation est controversée car on observe des cavités identiques chez le Lézard Tupinambis. Au contraire, la peau fossile remarquablement conservée du Dinocéphale permien Estemmenosuchus ne montre ni poils ni écailles, elle est souple, lisse et richement pourvue en glandes (Bennet, 1986). Cet animal était amphibie, sa peau n'est peut-être pas représentative, l'Hippopotame actuel ne brillant pas par sa pilosité.

Informations sur la page
créée le : 10-09-2013     modifiée le : 23-09-2015     visites depuis le 31/10/2015
haut de page